LA FERME
présentation
Formation des chevaux
école d'équitation
pension pour chevaux
vente de chevaux
actualité
galerie d'images
ARTICLES
passion et réflexion
liens
contact
 

PSYCHOLOGIE ÉQUESTRE
Les articles de cette rubrique «Psychologie équestre» réalisée par Alain Devaud, écuyer, sont extraits du magazine télévisée Balzane.

Psycho 5
L'ASSOCIATION DES AIDES
Comment s'expriment les chevaux

Un des but du travail avec les chevaux, c'est que ce dernier réponde aux aides avec le plus de finesse possible. On entend par aide l'emploi de l'assiette, de la main, de la jambe ou de la voix du cavalier. Mais pour que le cheval réponde aux aides fines souvent les aides douces telles que la voix, la jambe ou l'assiette doivent être associées à des aides plus fermes, à des aides dites artificielles, notamment la cravache, l'éperon ou le caveçon.

 

Si l'on prend l'exemple des aides propulsives, c'est à dire de mettre le cheval vers l'avant, on aura tout d'abord l'aide de la voix. Un petit appel de langue devrait suffire à faire partir le cheval. Si ce dernier ne suffit pas on peut l'associer à un appel de jambe, voire à un appel de la cravache.

Dans ces associations d'aides on aura soin d'aller de l'aide la plus douce à l'aide la plus ferme pour ensuite envisager à ne garder que l'aide la plus douce.

 

En ce qui concerne les aides de retenues, c'est à dire pour reprendre le cheval dans les transitions descendantes, pour l'arrêter ou pour le ralentir, on procède de la mÊme manière. C'est à dire d'abord la voix qui prévient le cheval, ensuite l'assiette, le poids du cavalier dans la selle et en dernier lieu la main. Il est important de comprendre que cette association d'aides doit se faire dans un court temps, c'est à dire en 2-3 secondes le cheval doit avoir compris ce qu'on attend de lui.

 

En procédant ainsi on arrivera petit à petit à faire comprendre au cheval ce qu'on désire uniquement sur des aides douces, c'est à dire sur un frôlement de la jambe pour que ce dernier parte au trot, au galop ou au pas, et uniquement un petite traction sur les rênes, une légère tension associé à l'assiette ou à la voix devrait suffire à le faire ralentir, voire à l'arrêter. Ceci évidemment est un idéal.

Si l'on procède ainsi en respectant cette graduation au niveau des aides du cavalier, le spectateur aura l'impression que le cheval s'exécute pour ainsi dire de lui même, sans le secours des aides.

 

Concernant les récompenses : le cheval comprendra qu'une caresse est le symbole d'une récompense pour lui uniquement s'il associe cette dernière à une friandise, à un retour à l'écurie ou à un repos.

Notez que le cheval est doté d'une mémoire remarquable. Il retiendra aussi bien les bonnes leçons que les mauvaises. Toute correction de la part du cavalier ne devrait jamais s'effectuer avec brutalité.

 

Comme tout être vivant le cheval va parfois remettre en question votre autorité. Un exercice acquis un jour peut être remis en question. Vous devez donc être attentif pour pas que le cheval ne prenne le dessus et se mette à se défendre car ces défenses peuvent s'amplifier et devenir des vices. Il sera alors plus difficile à convaincre.

 
 

Peut importe la destination de votre équitation, vous en reviendrez toujours à cet ordre chronologique : exécution d'un exercice ensuite récompense ou punition selon le résultat obtenu. Gardez à l'esprit durant toute l'évolution avec vos chevaux que les maîtres mots du dresseur cavalier sont : calme et réflexion.

Le général Favrot De Kerbrech disait : «Dresser un cheval c'est demander souvent, se contenter de peu, récompenser beaucoup.»
 
Introduction
Psycho 1
Trucs et astuces
Psycho 2
Les instincts
Psycho 3
Les signes muets
Psycho 4
Les aides
Psycho 5
L'association des aides
Psycho 6
Q & R
Psycho 7
La promenade
Psycho 8
Saut d'obstacles
Psycho 9
Le dressage (en préparation)