LA FERME
présentation
Formation des chevaux
école d'équitation
pension pour chevaux
vente de chevaux
actualité
galerie d'images
ARTICLES
psychologie équestre
liens
contact
 

PASSION ET RÉFLEXION
Série d'articles écrit par Nathalie Staehlin et Alain Devaud, publiés dans le magazine "Le cavalier Romand".

Psychologie

«Quand le cheval oppose une résistance à la demande du cavalier, c'est bien plus souvent dû à une incompréhension ou à un problème physique chez l'animal qu'à sa mauvaise volonté. C'est donc, par delà son mécanisme, sa volonté qu'il faut atteindre, et la gagner jusqu'à ce qu'elle ne fasse plus qu'un avec la nôtre.»

Ch. Raabe

Charles Raabe, élève du grand Baucher, nous mettait en garde, il y a plus d'un demi-siècle. Bien d'autres illustres écuyers avant lui ont traité de la psychologie animale et ont expliqué pourquoi il est fondamental que tout cavalier qui entreprend le dressage d'un cheval possède lui-même des connaissances de psychologie, tout au moins des notions de base. Cependant, combien de fois voit-on encore à notre époque des cavaliers imposer leur volonté par la force à des chevaux qui se transforment alors en bouc émissaire. Bien des cavaliers savent comment demander telle ou telle figure, mais en ignorent trop souvent le pourquoi. Tous les exercices, qu'ils soient de base, ou plus complexes, ont des raisons d'être, ainsi qu'un certain ordre logique d'évolution à respecter. Seule une parfaite technique alliée à des vertus humaines telle que la patience, l'humilité ou la remise en question vont permettre l'harmonie entre deux êtres naturellement opposés. Il ne faut en effet pas oublier que le cheval est par nature un herbivore, donc une proie, doté d'un instinct (action non contrôlée) de fuite dominant. Dans la nature, chez cet animal, tout se passe rapidement, que ce soit l'accouplement, la mise bas, le sommeil, etc. Tous ces instants critiques pour lui où il peut être la proie idéale pour un éventuel prédateur (carnivore). Quant à l'homme, il fait aussi, à l'état sauvage, partie de ses "ennemis" et vouloir posséder et dominer font partie de sa vie quotidienne. Une barrière est donc depuis toujours dressée entre ces deux êtres et il ne tient qu'à nous de la franchir.

Nathalie Staehlin et "Zubemand", pur-sang lusithanien de 13 ans, au passage.

La nature a doté l'homme d'une intelligence supérieure à l'intelligence animale. Donnons donc cette preuve en imposant non point la force à un animal peureux de nature et qui pèse en moyenne une demi-tonne, mais plutôt des actions réfléchies, donc contrôlées. Il faut prendre garde à cela surtout lors de résistance de la part du cheval. Le choix nous est donc donné à nous cavaliers. Soit de parler un langage grossier et musclé qui recevra comme écho la réponse d'un ennemi ou plus triste encore les plaintes d'un esclave, soit de parler au cheval comme à un ami à qui l'on parviendra alors à confier sans retenue nos émotions.

Alain Devaud et "Bach", pur-sang lusithanien de 9 ans, au piaffer.

De longs moments de pratique nous ont amené à comprendre que dans la majeure partie des cas où il y a désaccord entre cavalier et cheval, le simple fait d'insister sur un point qui engendrerait quelques résistances suffit souvent à faire comprendre au cheval nos intentions et nous permet par là-même de demeurer dans un calme parfait, conditions sine qua non de la réussite.

Le cheval trouve alors face à l'insistance de son cavalier la punition morale à sa désobéissance. "Ceci n'engendre pas de lutte physique." Il faut cependant s'empresser de récompenser dès qu'il y a le moindre effort de soumission de la part de l'animal. Faites appel dans de pareils cas à votre tact équestre, car si, à cet instant précis, le cheval n'a pas trouvé dans son effort la reconnaissance souhaitée, il ne comprendra jamais la différence entre le bien et le mal. De simples exercices deviendraient alors d'une incompréhension totale pour le cheval. "Quand le professeur punit l'élève d'une faute, il l'a puni, soit, mais la réponse correcte n'a cependant pas toujours été expliquée." Lorsque l'on parle de récompense, ceci comprend pour le poulain des actions bien marquées, telle que la caresse, l'abandon des rênes, la reconnaissance par la voix, etc. Chez le cheval dont le dressage se confirme, une simple descente de main et de jambe suffisent souvent; ils sont de plus les signes d'une parfaite légèreté.

 
Introduction
Psychologie
Les transitions
Ramener
Mise en main
Rassembler
Épaule en dedans
Contre-épaule en dedans
L'appuyer